Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Kind of magic: le pouvoir de la privation

Publié le par Low Ik

J'attendais à l'accueil de l'hôtel. Mon esprit fut emporté par la musique que les haut-parleurs crachaient.

Cette musique avait quelque chose de magique. Cette chanson magique me révéla un secret, me livra la force de ces chansons. Ecoute la bien. Cette chanson n'a pas de paroles et pourtant elle va te parler.

????

Est-ce la musique qui te parle ou ta voix intérieure?

Elle va te faire voyager.....????? Ou est-ce ton esprit qui va te faire voyager? Est-ce que les musiciens t'invitent dans leur univers ou est-ce toi qui y rentre? Peut-être même tombes-tu dessus par hasard.

Le hasard....existe-t-il celui-là ou est-il le fruit de ton imagination?

Bienvenue à toi au November Hotel. Ici, tout est permis. Tout est possible. Tout est vrai mais rien n'est grave.

Générique:

Après 3'16 d'attente, l'hôtesse d'accueil arriva avec sa guitare. Elle en jouait divinement bien. Elle réussit à prendre le contrôle mon corps à distance. Mes cheveux imaginaires se mirent à virevolter et à bouger dans tous les sens. Le reste de mon corps subit le même sort.

L'hôtesse me tendit la guitare. Elle servait à ouvrir la porte apparemment.

OK OK.

J'avais la chambre 8, au premier étage. Il y avait 1978 marches à monter.

Chaque chambre avait son escalier et il y avait une infinités de chambres.

Chaque jour, le numéro de chambre changeait.

Mes voisins de chambre étaient David Bowie, Elvis Presley et Andrew Wood. Il y en avait plein d'autres mais je ne les connaissais pas.

Une fois les marches montées,je constatais que la guitare ne rentrait pas dans la serrure. Comment j'ouvre cette porte? Pourquoi m'avoir donné cette guitare?

Cet instrument symbolise le rock, j'ai donc tenté un truc rock. J'ai pété la porte avec la guitare. un peu radical mais terriblement efficace.

La fatigue se faisait sentir. Je me suis donc allongé sur le lit pour me détendre.

-Wake up young man, it's time to wake up!!!

 

Le sommeil m'avait emporté. La musique avait un pouvoir sur moi. Le sommeil avait aussi un pouvoir sur moi. Avais-je moi aussi un pouvoir? Si oui, quel était-il?

Le pouvoir de la rédaction...j'avais un article à rédiger.

Existe-t-il une différence entre la privation et le manque? 

Existe-t-il un intérêt à se priver? N'est-ce pas un peu fou dans un monde qui veut répondre à tous tes besoins et qui n'hésite pas à t'en inventer d'autres?

La privation peut répondre à des besoins politiques, physiques, économiques ou philosophiques.

 

La privation de nourriture force le corps à puiser dans ses réserves.  Ce temps de pause  lui est aussi bénéfique pour faire le ménage et se purifier.

Nous sommes tous différents et certains ont des contre-indications médicales à la pratique du jeûne mais il permet une reconnexion avec son corps et avec les aliments. Il est aussi un temps de questionnement de notre alimentation. Le jeûne, associé à la joie, produit des effets miraculeux: sentiment de liberté, de légèreté. Il y a aussi un sentiment de force qui apparaît. Force mentale pour avoir repris le contrôle sur ses instincts primaires et force physique car on réalise que c'est tout à fait faisable. Je rajouterais agréable mais ça c'est parce que j'adore vraiment le faire.

Nous sommes tous différents et pourtant il n'y aurait qu'une façon de se nourrir correctement?

Les religions ont intégré le jeûne dans leurs pratiques. C'est peut-être car il permet aussi un rapprochement avec l'autre. On ressent ce que peut ressentir celui qui ne mange pas à sa faim( mais dans le luxe car on peut remanger si on le souhaite). Libéré du "qu'est-ce qu'on mange?", l'esprit peut se préoccuper de choses moins matérielles. Le corps fait son ménage. La tête aussi.

 

La privation d'oxygène force le corps à ralentir toutes ses activités. Plus que de privation, on parlera dans ce cas de réduction d'oxygène. Cette technique est la base des tous les exercices respiratoires.

 

La privation de liberté,  l'emprisonnement, permet à l'individu de réaliser combien il est agréable de pouvoir se déplacer à sa guise et faire ce que l'on veut quand on veut.

Attends, attends...

Peut-on être privé de liberté tout en n'étant pas emprisonné?

La réponse est oui si on te prive de droits. Si on te prive de choix. C'est comme cela que l'on se retrouve emprisonné par son origine, son sexe, son lieu de résidence. Est-ce qu'un habitant des banlieues a les mêmes droits, les mêmes choix qu'un habitant des beaux quartiers? N'est-il pas emprisonné par son statut et sa condition sociale? L’ascenseur social est-il en panne ou fonctionne-t-il mal? 

Quelques exemples: privation des droits civiques aux USA, privation du droit de vote pour les femmes, loi martiale

 

La privation de liberté augmente le sentiment de peur alors que la privation de peur augmente le sentiment de liberté....tout est lié.

 

La privation d'humanité est la faiblesse du coeur.

 

La privation de volonté est la faiblesse du mental.

 

Peut-on  consommer différemment? Peut-on choisir ce que l'on consomme? Bien évidemment mais aujourd'hui nous sommes surtout des acteurs cons plus que des consommateurs.  Nous sommes le système et le maintenons en vie. Il ne tient qu'à nous de le changer en nous changeant.

Règle économique de base: la loi de l'offre et de la demande. Si la demande disparaît, l'offre disparaîtra aussi, comme par magie.

La privation de consommation forcera donc le système à s'adapter et à trouver les ressources nécessaires à sa survie, à son évolution.

Consommation de nourriture pour le système digestif.

Consommation de biens et services pour le système économique.

 

Pourquoi rien ne change alors que tout le monde le sait?

La privation de conscience( ou le refus de conscience, la fameuse politique de l'autruche) fait que nous devenons inconscients. Ca n'est pas un jugement mais un constat.

 

La privation de confort nous force à nous adapter et à revenir à l'essentiel.

 

La privation de sommeil force le mental à se calmer, à se recentrer, à se retrouver, sous réserve que ce ne soit pas lié à un dysfonctionnement de l'organisme. J'entends par là que ces insomnies résultent d'une trop grande activité cérébrale ou d'un refus de se confronter à un problème. Notre inconscient tente de communiquer avec nous de cette manière.

 

La privation de recul, notion intéressante dans une société de l'instantané, limite la vision globale et à long terme. Cela peut donc conduire à la catastrophe. La richesse des anciens, leur sagesse était qu'ils prenaient le temps de comprendre, d’observer et de réfléchir avant de faire des choses. Ils étaient dans l'action consciente et réfléchie.

Nous sommes dans la réaction immédiate et émotionnelle. Nous perdons le contrôle et nous comportons comme des enfants. L'enfant se croit au centre du monde. Qu'en est-il de l'adulte inconscient du monde autour de lui?

La privation de recul peut être liée à la privation de contrôle....manipulation?

 

La privation de relation sociale fait que l'on apprécie vraiment les contacts qui se présentent. Nous les vivons en étant plus présent. On redevient Vrai.

 

La privation de nouveautés nous enferme dans la monotonie (zone de confort?). Privation d'émotions, d sensations.

A l'opposé, la privation d'habitudes laisse entrer la magie....la magie de la vie, les surprises de la vie.

La vie est un manège à sensations.

 

La privation d'identité nous fait sombrer dans l'anonymat et la normalité. Tu deviens réduit à un simple nombre. Les prisonniers ont leur matricule. Nous, les prisonniers du système que nous avons créé, sommes connus par le numéro de notre carte bleue, de notre compte en banque.

Au niveau d'un individu, la privation d'instruction, d'éducation, de cohésion, d'unité, de futur est catastrophique. Le mental prend le pouvoir. Le corps se rebelle. Heureusement, le coeur veille et remettra de l'ordre dans tout ce joyeux bordel.

Imagine si la politique en faisait de même au niveau d'un pays. Au niveau d'un continent. Au niveau d'une planète. Qui serait l'arbitre de cette lutte fratricide? C'est simple. Celle qui va distribuer des mandales est notre  Mère. Je la kiffe mais je sais un truc sur elle (et toi aussi d'ailleurs): il ne faut jamais, ô grand jamais , la faire chier car si elle se fout en rogne, elle fait des vagues de plusieurs mètres de haut; elle fait trembler la terre; elle crache des éclairs et pète le tonnerre. Suis un cool  à côté.

 

Le système nous prive de vie car il nous oblige à travailler plus pour consommer plus en polluant plus et en détruisant plus.

 

Des fois,  le négatif est positif...si, si!

Moins égal plus.

Vivre en consommant moins pour moins polluer, pour moins travailler.

Moins de besoins égal plus de libertés...le minimalisme en fait.

Attends, attends.

Tu te souviens de la pyramide de Maslow?

Elle est en train de s'écrouler. La peur qui règne partout (peur de manquer,peur de l'autre...) nous a fait nous focaliser sur l'étage des besoins de sécurité. Or il est impossible de prévoir l'imprévisible. Cet étage se fissure donc de plus en plus et concernant les étages supérieurs, je te laisse faire ta propre analyse. 

Au lieu de nous créer des besoins superficiels, notre société ferait mieux de créer des envies essentielles. IL va falloir se passer des besoins de sécurité (ou les réduire au maximum) afin de nous recentrer sur les besoins d'appartenance. Ces derniers sont garants de l'unité, de la fraternité et de l'amour.

 

La privation de passion signe la victoire de la raison. Dans ta vie tout semblera ok mais ta raison de vivre, tes espoirs seront KO.

Le monde actuel ne nous prive-t-il pas de rêver malgré ce que les slogans publicitaires nous vendent?

Ton rêve est à vendre? Il s'achète? Un autre l'a rêvé pour toi? 

Tu crées ta réalité. Vis tes rêves. Rêve ta vie.

 

La privation volontaire permet d'apprécier encore plus ce qui nous manque. On retrouve le goût des aliments. Leurs saveurs explosent en bouche. L'instinct de survie permet de changer de fonctionnement, de prendre du recul sur les choses afin d'enlever ce qui ne convient pas et d'apprécier les bonnes choses.

Le retour à l'essentiel: VIVRE.

 

Le pouvoir de la privation, c'est de se focaliser sur l'essentiel . C'est aussi la redécouverte du pouvoir de la simplicité, lui-même porteur de la clé qui ouvre la porte de la liberté.

 

L'article avait bien avancé.

Je décidais de sortir de ma chambre d'hôtel et d'aller prendre l'air.

En redescendant les escaliers, je me suis cogné à un mec...

Quelle ne fut pas ma surprise en découvrant son visage. C'était moi avant. Je me suis regardé. Me suis lancé un regard bienveillant. La question qui me vint en tête était : Suis-je devenu un übermensch par rapport à celui que j'étais avant. Avais-je évoluer?

Moi, j'ai répondu OUI car j'étais bien conscient de tout le chemin intérieur que je venais de réaliser.

Le moi d'avant ne pouvait me reconnaître mais il pouvait peut-être me rêver...

C'est là que l'on  réalise si l'on est sur le bon chemin. Sur SON chemin.

Je me suis salué:

Ma connerie n'avait guère évolué manifestement.

A l'accueil de l'hôtel, une autre équipe avait pris le relais. Il y avait une bande de blacks haut en couleurs et avec de magnifiques sourires sur le visage.

-Bonjour, commandant, me dit l'équipe à l'unisson.

-Euh....???? Bonjour. On se connaît?

-Biensûr commandant! C'est vous qui pilotez notre avion. Vous voulez danser un peu en notre compagnie avant de reprendre le pilotage?

J'ai rien compris. Ils ont balancé la musique et c'était parti!

 

 

 

 

Je me suis marré en trouvant cette chute. Si ça se trouve, je t'aurais emmené avec moi dans le délire?

Nous aurons donc le sourire avant d'aller prendre les manettes. La chanson risque de te rentrer dans la tête. Ne me remercie pas.

 

L'hôtel se trouvait dans un avion . Nous voyagions sur la compagnie créole.

TOUT EST PRESQUE VRAI...!!!

 

Ils m'ont conduit au poste de pilotage. L'avion volait dans un tunnel sombre et étroit.

L'avion était en pilotage automatique. C'était mon inconscient qui dirigeait.

Je me suis placé sur le siège du pilote et j'ai pris les commandes en pleine conscience.

J'avais un regard neuf sur les choses. J'avais envie de m'amuser. Il faisait quand même terriblement sombre dans ce tunnel. Le GPS m'indiquait que j'étais dans le tunnel de l'ignorance. Ma conscience allait tenter de mettre de la lumière là-dedans.

Etait-ce un tunnel? Un puits sans fond?

J'ai tiré le levier vers moi et l'avion s'est placé à la verticale. Il s'est dirigé vers le haut, telle une fusée.

Je cherchais la surface. J'ai traversé des putains de zones de turbulence. J'ai perdu des amis en route. J'ai vidé mes soutes à bagages pour pouvoir m'élever encore plus haut. Pour être plus léger.

Je pilotais en total lâcher prise. Je savais que, loi de la gravité oblige, je serai forcément à nouveau attiré vers les profondeurs mais que ce serait pour mieux remonter.

Au final, ma pratique progressa tellement que je descendais de moins en moins bas et montais de plus en plus haut.

Il me fallait prendre soin de mon avion. Il pouvait se brûler les ailes. Partir en vrille ou perdre le cap.

Je devais faire comme j'avais fait jusqu'ici: faire de mon mieux avec ce que je savais. 

Je devais faire comme nous faisons tous: je devais me démerder.

Parfois, je voyais des peurs qui venaient faire un bout de chemin avec moi. Je les regardais dans les yeux et leur souriais. Elles finissaient par se lasser et partaient  toutes seules.

 

J'ai beaucoup voyagé en moi et je vais te livrer le bilan de toutes ces aventures: le pouvoir du regard.

Le monde changera quand ton regard sur lui changera.

Il changera quand tu retrouveras la gratitude envers notre mère nourricière et quand nous cesserons de la piller pour enfin la respecter. Pour enfin la protéger.

 

J'ai commencé en étant "Vs". J'ai compris qui j'étais. Comment je fonctionnais?

J'ai réalisé mon pouvoir. J'ai compris que j'avais le pouvoir sur ma vie et aucun droit sur la vie des autres.

Le pouvoir de tous les pouvoirs s'appelle LA VIE.

Rien n'est écrit et tout reste à découvrir.

J'ai beaucoup appris. Beaucoup compris.

Dans la vie, tout est possible. Tout est permis. Nous seuls créons nos croyances limitantes. Nous sommes responsables de notre bonheur et de notre malheur aussi.

A nous d'écrire et de réécrire notre histoire.

J'avais voyagé dans le passé en regardant dans un rétroviseur. Je cherchais mon avenir. Où le voir? Dans une boule de cristal? 

Cet avenir invisible me faisait un peu peur.

Je lui ai souri et lui ai fait passé un message assez explicite:

 

Je vais mettre le sous-titrage ici: "je fais ce que je veux, quand je veux et où je veux. Bref, je suis PRESENT".

Le futur attendra.

J'ai beaucoup parlé et  testé  mes pouvoirs jusqu'ici mais je pense que je vais évoluer un petit peu.

Rien n'est écrit mais tout est possible.

Je pourrais bien me frotter à l'ART dorénavant.

Un regard neuf sur les choses élargit le champ des possibles.

J'ai construit mon univers grâce aux artistes. Je suis juste l'artiste de ma vie, tout comme toi.

L'artiste et l'artisan. Je ne serai jamais une multinationale...il ne faut jamais dire jamais, c'est vrai.

J'ai réparé mon passé. Je vais maintenant essayer de construire mon futur.

Passé, présent et futur ne sont-ils pas la même chose mais à différents niveaux de lecture?

TOUT EST POSSIBLE.

TOUT EST LIE.

TOUT EST EN MOUVEMENT.

Tu n'y crois pas?

 

Attends, attends...

On va remonter à ton origine. A ta conception.

On va laisser de côté les passages cryptés qui ne regardent que tes parents.

Au commencement, tu étais minuscule. Tu étais liquide.

Une cellule s'est divisée à l'infini pour créer tes organes, tes pensées, tes os....

Une cellule!!!

Imagine si tu fais pareil avec une idée!

L'humain n'est pas au dessus de la nature. L'humain est dans la nature. L'humain n'est que le niveau de conscience le plus élevé de la nature, jusqu'à maintenant.

Va explorer ton code secret, ton ADN et tu risques d'être surpris(e) des nombreux points communs que nous avons avec tout ce qui nous entoure. TOUT. Végétal, animal, minéraux...

Peut-être que tu n'y avais jamais pensé? Mais essaie d'y réfléchir.

Tu risques de partir dans les étoiles. De retourner au Big bang et de revenir à jamais changé. Tu risques de revenir avec un regard neuf...Bravo à toi, tu auras EVOLUE.

 

L'art de la privation , c'est quand tu n'as plus besoin de grand chose. Tu es heureux de rien.

Peut-être est-ce là le secret des populations dites primitives?

 

L'art de la privation est celui de faire des économies.

Tes économies ruineront l'économie. Les riches deviendront pauvres et tu seras libre.

Un peu simpliste....mais si ça se trouve...????

Je terminerai cet article en  livrant une formule magique qui m'acccompagne sans cesse et qui m'a permis d'arriver jusqu'ici:

AU PIRE, CA MARCHE....

C'est avec cette formule que j'ai remis de la magie dans ma vie, une espèce de magie...

 

Peace and understanding,

 

Low

T'es encore là?

Je vais faire un nouveau truc.

Je vais faire une after. Je jette ici des trucs que j'ai vu , lu , entendu et que j'aime bien. T'en fais ce que t'en veux.

 

Il est souvent plus facile de croire n'importe quoi plutôt que de rêver à l'impossible.

Je ne crois guère aux pédo-satanistes. Leur religion , tout au plus, s'appelle la cupidité.

En changeant ton regard sur eux, en changeant ton regard sur l'argent, tu réduiras nettement leur pouvoir.

L'économie pourrait bien nous conduire à la rubrique nécrologie.

 

It's a kind of magic,

You are very kind Magic.

Commenter cet article