Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Beautiful Death

Publié le par Low Ik

Vivre pour se laisser mourir?

Mourir avec la rage de vivre?

Vivre comme un mort-vivant?

Mourir comme un bon vivant?

La vérité est simple: on n'en a rien  à branler!!!

L'important n'est-il pas de vivre selon ses envies?

L'important n'est-il pas de vivre en se moquant de l'avis ( de la vie?) des autres?

La vie suit la mort et vice versa...

La vie suit l'amor et vice et versa...

Cet article est sponsorisé par mon ami qui aime le rock agité. Il a un prénom anglais qui montre sa grandeur d'âme...Il aurait pu être Giant mais il garde la santé( sans T) et donc, je remercie mon pote Gian de Rock alternative news et ses collègues de comptoir pour le partage des bonnes musiques.

Générique de début tout en classe, en finesse et avec de bonnes pulsations rock dans la gueule

GO

Comment vivre dans un monde de têtes de mort?

Comment trouver son identité profonde dans un monde aux valeurs nauséabondes?

La réponse se trouve dans l'article premier de la déclaration universelle des droits de l'Homme et du citoyen: "les Hommes naissent libres et égaux en dignité et en droit."

Cette simple phrase qui pourrait sembler anodine pourrait être traduite de la sorte: allez tous vous faire foutre, je fais ce que je veux et quand je veux. Je ne respecterai pas des règles ni des lois qui ne me respectent pas.

Si l'on naît libre, comment se fait-il que l'on puisse mourir enchaîner?

Si nous sommes tous égaux, les privilégiés sont donc des putains d'imposteurs?

 

Nous, simples humains, sommes parfaits avec nos imperfections.

Certains ont de gros défauts et les imposent aux autres. Sûrement leur façon de partager.

Leurs imperfections deviennent alors de grosses infections.

Tout le monde finit par être contaminé.

Naissent alors les objections.

Objections subjectives et objections objectives...

Objections de conscience.

Mais qui est objectif?

Quel est l 'objectif?

L'objectif nous berce d'illusions d'optique.

Il nous berce d'allusions chimériques.

Partout ,l'Homme a tissé sa toile.

Il est entré sur la piste aux hai-toiles.

Je lève la tête et contemple le ciel pour prendre de la hauteur.

Chaque étoile brille différemment mais la toile collective est sublime, subtile.

Si nous sommes des poussières d'étoiles, où est passée notre lumière?

Elle brille en chacun de nous et différemment. Elle est notre petite étincelle.

Pourquoi ne pas faire comme nos parents éloignés et briller sans faire de l'ombre aux autres?

Comment fusionner deux poussières entre elles?

Avec un bon coup de foudre...

La poussière d'étoile s'enflamme.

OK OK

L'énergie de l'amour est colossale.

L'énergie de l'amour est sidérale...sidérante.

Cependant, le feu sacré qui brûle en chacun de nous peut s'éteindre si nous ne l'entretenons pas.

Une poussière d'étoile sans flamme devient une poussière d'étoile qui sombre.

La bienveillance permet de remettre de la lumière dans les âmes égarées.

Cette bienveillance a sauvé la vie d'un bon pote à moi.

Cette bienveillance a changé la vie d'un bon pote à moi.

La bienveillance est envers les autres 

MAIS...

Elle doit aussi être envers SOI.

Sinon cela ne marche pas.

 

A force de courir, il n'arrivait plus à se reposer.

A force de courir, il n'arrivait plus à s'apaiser.

Il a fini par se décomposer.

Il a décomposé son prénom qui est devenu composé...

TOUT EST VRAI

Par exemple, je m'appelle Loïc. Je décompose mon prénom en Low ik. Ça devient un prénom composé.

CQFD

Il a d'abord composé son prénom puis il a composé des articles.

L'enfoiré s'est mis à délirer tout seul.

Il rêvait que les électeurs deviennent des lecteurs.

Je crois que le gars était complètement taré car il parait qu'il parlait à son ordinateur.

La parole crée et de son ordinateur sortaient des articles qui n'avaient rien à vendre. Chacun prenait ce qu'il voulait. Des articles qui n'avaient pas de compte à rendre.

L'enfoiré s'est mis à délirer tout seul.

Les amis avaient choisi de respecter cette solitude qui devenait une habitude.

L'enfoiré avait trouvé ce qu'il cherchait: sa belle, merveilleuse et lumineuse liberté.

L'amitié n'est pas un bien de consommation mais un bien-être partagé. Un moment vivant et vivifiant qui met de la chaleur au fond du coeur.

Il ouvrait son coeur à tout un chacun et un(e) inconnu(e) devenait un copain.

Etre ami avec personne pour être ami avec tout le monde.

On croit posséder des biens mais ce sont les biens qui nous possèdent.

On croit posséder des liens mais ce sont les liens qui nous possèdent...qui nous obsèdent.

Etre libre, c'est n'appartenir à aucun groupe, aucun parti, aucune croyance...

Etre libre, c'est appartenir à son destin.

Etre libre, c'est quand notre destin nous appartient.

Etre libre, c'est quand tu en as rien à foutre du lendemain car tu t'es libéré du temps.

Libre comme le vent.

"O temps suspend ton vol" disait Lamartine.

Le temps nous vole des moments de vie quand il nous emporte dans sa course folle vers l'infini.

Le temps ne me vole plus. C'est moi qui le prends.

Assis au fond de ma nature, je regarde les dégâts qu'il fait sur ceux qu'il affole.

Le temps passe.

Le temps nous dépasse.

Le temps pense ou alors il est grand temps de penser.

Un jour ou peut-être une nuit, le maître du temps reprendra son dû et remettra les compteurs à zéro.

Au moment du grand recommencement, est-ce que le compte sera bon?

Est-ce que le compte sera rond?

Rendez-vous compte bonnes gens, certains vivent sans même en être conscient.

Ils errent tels des morts-vivants jusqu'à ce que la Vie leur mette un bon coup de foudre dans la gueule.

Vivre et laisser mourir les connaissances?

Vivre au temps de l'obsolescence programmée.

Vivre chaque jour, chaque seconde comme si c'était le dernier.

Chaque jour, chaque seconde sont des poussières d'éternité.

Le lendemain est en attente.

Le présent est la source de détente.

La fin est à rallonge.

Les mots sont des poussières de pensées.

Les mots sont liés, scellés et sur la page blanche, ils finissent par s'allonger.

Attends, attends...

Tu vas pas te barrer comme ça. Qui est-ce qui va nettoyer toutes ces poussières?

La réponse est dans le titre.

Une belle mort est-elle le reflet d'une belle vie?

Une belle mort, c'est peut-être quand le temps ne peut plus nous effacer.

Une belle mort, c'est peut-être être présent pour l'éternité.

Comme un joli pied de nez au maître du temps.

Comme une façon de lui dire: "tu vois mon gros, je crois bien que cette fois-ci, c'est moi qui t'ai niqué?"

 

Peace and understanding,

 

Low

Commenter cet article