Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Seven O'Clock

Publié le par Low Ik

Une chanson, c'est comme une émotion: elle te tombe dessus sans prévenir, elle s'empare de ton corps, de ton âme et t'accompagne dans des voyages en esprit, dans des voyages hors de l'espace et du temps.

Une putain de chanson, comme une putain d'émotion, peut te donner envie de bouger, envie de chanter, envie de danser...

Une putain de chanson, comme une putain d'émotion, peut te faire pleurer...

Une chanson, comme une émotion, peut être positive ou négative.

Une chanson, comme une émotion, peut changer: ce qui te faisait du bien hier peut aujourd'hui te peiner. L'inverse est vrai aussi. Ce qui t'énervait hier peut te faire sourire aujourd'hui...

TOUT EST VRAI

Une émotion peut donner naissance à une chanson. L'inverse est vrai aussi

Porte autant ton attention sur tes choix musicaux que sur tes ressentis émotionnels car une chanson, comme une émotion, peut se jouer en boucle....encore et encore...

Générique éponyme et chanson qui passera en boucle dans mes oreilles pendant la rédaction de cet article:

 

Une chanson, comme une émotion, peut amener des idées, des pensées...

J'en ai eu une.

Voilà l'idée (même si je ne sais pas encore ce que je vais faire avec à l'instant où j'écris ces quelques mots)

Alive in wonderland/ Alive au pays des merveilles 

Les contes de fées commencent bien souvent par "il était une fois".

Le conte que je vais te raconter est un peu spécial: c'est un  compte de faits, un conte de faits. Il pourrait commencer par "il était beaucoup de trop de fois..." mais je vais essayer de transformer tout ça en positif.

On va le faire commencer par "C'était la dernière fois..."

C'était la dernière fois, dans un monde bien abîmé.

C'était la dernière fois, le temps s'était figé. Tout était à l'arrêt.

Les aiguilles de la pendule, comme les gens, tournaient en rond.

Les idées, les pensées finiraient par suivre le même chemin.

Tout allait rentré dans l'ordre mais pas celui rêvé par une poignée de décérébrés. 

Cette brochette de fils de pute se rassemblait sous un acronyme: FMI. Cela signifiait: Fuck My Intelligence.
En gros, de vulgaires sacs à foutre qui croyait pouvoir contrôler l'humanité entière. 

Un con, ça ose tout. C'est même à ça qu'on les reconnaît, comme le disait Audiard.

Le FMI abritait en son sein les plus gros cons que l'humanité n'ait jamais connu.

Je me souviens d'un temps, pas si lointain, où ils étaient dirigés par un certain Dominique Fornick. Gueule de con, pine d’huître, le coquinou était obligé d'avoir du sexe tarifé tellement il était laid.

Le FMI se voyait déjà roi du monde....il finira roi des cons.

Tout revint à sa place. Les peuples leur niquèrent leur race.

Le FMI souhaitait un Etat mondial qui régenterait tout sur la planète.

Et oui, car les cons, ça ne sait que copier et envier. Cet ordre mondial, ce super Etat existait déjà. Il avait d'ailleurs toujours exister. C'est l'Etat naturel. Cette force internationale et même intergalactique s'appelait: la force du vivant. 

Un con, ça ne sait que tricher....en imprimant de la fausse monnaie.

"C'est pour votre bien, c'est pour sauver!!" qu'ils nous disaient.

OK OK, et si vous alliez plutôt vous faire...(complète avec le mot de ton choix mais il faut une rime riche)

"Ordo ab Chaos"....TOUT EST VRAI

C'est même comme cela que notre Univers est né et qu'il se maintient en équilibre.

Malheur à toi gros vilain FMI, car à trop vouloir te gaver de billets verts, tu vas finir par dégueuler tes glaires.

Il est pas tout joli mon conte de faits?J'adore la poésie...

Le connard d'oncle Sam travaillait aussi au FMI...à moins que ce ne soit l'inverse...

Ce connard d'oncle Sam était incapable de protéger ses enfants.

Il était tellement con et aveuglé par son argent qu'il avait oublié que les richesses provenaient des gens.

La bourse d'oncle Sam était bien vide. Le monde entier voulait le stériliser.

Lassée de cet oncle bien trop arrogant et du manque de reconnaissance et de gratitude de ses habitants, la planète mis fin à la récréation. Rentrez chez vous et restez enfermés. Réfléchissez un peu à votre façon de vivre. Réfléchissez un peu à votre monde qui n'a rien de naturel. Privés de sortie, l'humanité prit conscience de la chance qu'elle avait et que le paradis ne se trouvait pas dans l'au-delà mais bien dans  l'ici et maintenant.

Après mûres réflexions, la nature leva la sanction.

Les humains retrouvèrent leur liberté. Un lapin blanc leur ouvrit la porte.

Tout rentra dans l'ordre et la vie reprit son cours.

La vie au pays des merveilles. La Vie serait Alive. La Vie est ALIVE.

Alive au pays des merveilles.

Alive in wonderland.

 

Au milieu de cette euphorie, un jeune garçon repartit vivre dans la jungle et dormit au chaud contre un lion.

Bruce Lee Majors, voilà comment il se faisait appeler....un mélange de ses héros d'avant, Bruce Lee et Lee Majors.

TOUT EST VRAI

Bruce Lee Majors, l'homme qui tombe à pic et qui fait du judo avec les idées et les bien pensants.

Le FMI fut remodelé. Il devint le Free My Intelligence.

L'intelligence n'est pas artificielle, ni superficielle.

Elle est éternelle, fraternelle.

Elle est élémentaire, maternelle car même un enfant de 5 ans sait tout cela: l'intelligence du coeur.

L'Intelligence émotionnelle...

 

Peace and understanding,

Low

 

Attends, attends,

Le putain de lapin blanc veut dire un truc:

"Il est 2 fois 7 heures dans une journée. Le matin et le soir"

T'as raison putain de lapin blanc.

Une fois n'est pas coutume, je remets le morceau de début à la fin.

Mais juste une dernière fois...

 

 

A regarder avec un point de vue critique mais toujours en restant ouvert..

Commenter cet article